L’éco-construction et la baudiologie pour un habitat non polluant

maison-ecologique
L’éco-construction et la baudiologie pour un habitat non polluant
5 (100%) 1 vote[s]

Si vous vous lancez dans le projet de bâtir votre propre habitation, sachez que vous êtes déjà soumis aux impératifs de la réglementation thermique de 2012. En effet, le secteur du bâtiment est un des domaines très impactant pour l’écosystème et l’écologie de notre planète.

Il représente à lui seul 44 % de la consommation d’énergie, et environ 25 % des émissions de gaz carbonique. Face à ce constat, les gouvernements ont mis en place des normes de construction de plus en plus exigeantes concernant les bâtiments neufs. La dernière en date, la RT 2012, impose une consommation énergétique maximale de 50 kWhep/m2/an pour tous les bâtiments neufs.

En 2020 devrait entrer en vigueur une norme encore plus drastique, la réglementation environnementale 2020. Celle-ci imposera non pas une consommation d’énergie maximale, mais visera à ce que les futurs bâtiments soient autosuffisants en énergie, voire en produisent plus qu’ils n’en consomment.

Pour anticiper ce changement majeur, il peut être intéressant de se pencher dès à présent sur les principes de l’éco-construction et la baubiologie pour la faire bâtir votre future maison.

La maison écologique a le vent en poupe !

S’il y a bien un élément fondamental à retenir en ce qui concerne l’habitat écologique, c’est l’autonomie énergétique. Plus vous serez auto-suffisant à ce niveau-là et plus votre facture diminuera ! Pour ce faire, il faut d’abord favoriser les ouvertures vers le Sud pour laisser au maximum entrer le soleil dans la maison, isoler les fenêtres avec du double ou, mieux, du triple vitrage s’avère aussi un passage obligé.

Pour vos structures de fenêtres, vous pouvez choisir du bois ou du PVC, très à la mode ces derniers temps pour sa facilité d’application et d’entretien, isoler les portes est également un excellent moyen de limiter

  • voire de supprimer
  • les déperditions de chaleur : En ce qui concerne l’isolation des murs, plus elle sera importante et moins vous devrez chauffer votre foyer et dégagerez du CO2.

Que vous ayez jeté votre dévolu sur le chanvre, le lin, la laine de mouton, le coton ou encore une toiture végétalisée (plantes vertes, chaume, etc.), toutes ces solutions sont naturelles et restent donc dans la logique d’une maison écologique. Quels que soient vos choix, il faut aussi tenter de prendre en compte l’énergie cachée, dite “énergie grise », sur l’ensemble du cycle de vie du matériau. Dans la plupart des cas, les matériaux naturels ont une énergie cachée beaucoup plus réduite que ceux qui sont produits de manière industrielle.

Un système de chauffage efficace et une ventilation adéquate Deuxième point crucial à étudier dans la conception d’une maison éco-friendly : l’installation d’un système de chauffage ayant un bon rendement Dans cette optique-là, vous avez l’embarras du choix !

Plusieurs possibilités s’offrent à vous : chauffer par le sol, par l’intermédiaire de panneaux solaires, d’une chaudière à condensation, etc. Le Brunner (voir photo ci-contre) s’avère aussi une excellente alternative. Ce système de chauffage au bois permet à chacun de trouver le type de chauffage qui lui convient ; qu’il soit central, de masse, à accumulation ou à base de pellets (des granulés en bois).

Le poêle en question est même personnalisable à votre goût, pour qu’il s’intègre parfaitement à votre intérieur ! Avec un système de chauffage efficace, la température de la maison est confortable et la facture d’énergie diminue considérablement. L’été, les murs restent frais sans avoir nécessairement recours à un système de climatisation. En termes de climatisation, le puits provençal /canadien est une excellente technique : il préchauffé l’arrivée d’air de renouvellement en hiver et vous permet de le rafraîchir une fois l’été venu.

Le pourquoi du comment de l’éco-construction

Le puits fait passer l’air de renouvellement (avant qu’il ne pénètre dans l’habitation) par des tuyaux enterrés dans le sol à une profondeur d’au moins l.50 mètre. Selon la saison, l’air est donc chauffé ou rafraîchi. La VMC -Ventilation Mécanique Contrôlée – double flux est aussi un choix tout à fait judicieux car elle permet de récupérer la chaleur du flux d’air sortant pour la transférer au flux d’air entrant (d’où la notion de double flux) à travers un échangeur de chaleur constitué de plaques métalliques.

Dans la même lignée que ces grandes règles de la maison écologique, d’autres aménagements du quotidien peuvent trouver leur place dans votre foyer ; tels que des toilettes sèches, un système de récupération d’eau de pluie pour arroser les plantes vertes ou le potager ainsi qu’un compost pour fabriquer de l’engrais.

Construire une maison « saine » et durable, c’est donc désormais possible, à condition d’y mettre le prix dès de la départ et de choisir des matériaux naturels qui ne dégagent pas de substances nocives pour les habitants du foyer : comme pour le milieu environnant.

Opter pour des matériaux renouvelables, voire recyclables, autant que possible, c’est aussi participer à un mieux vivre général, réalisable à la campagne, comme à la ville.

Découvrez la baubiologie

La baubiologie est une discipline universitaire, créée en 1969 par le professeur Anton Schneider en Allemagne. Il s’agit, selon l’Institut français de Baubiologie et d’écologie, de « l’enseignement des relations globales entre l’environnement aménagé et ses habitants ».

La baubiologie est donc très proche de l’écoconstruction. Elle étudie comment construire des bâtiments sains à tous points de vue : non seulement écologiques, mais également économiques et sociaux. Ainsi, elle prend par exemple en compte le bien être des habitants, et la bonne intégration des bâtiments dans leurs environnements, tant naturels que sociaux.

La baubiologie repose sur 25 principes, qui permettent de définir le cahier des charges d’une maison éco-responsable.

Ces 25 grands principes se divise en plusieurs sous-catégories :

  • Matériaux de construction et isolation acoustique (utilisation de matériaux nobles et écologiques, diminution de la pollution sonore pour le respect des habitants…)
  • Climat intérieur (gestion d’une température idéale et économique, aération, régulation naturelle de l’humidité…)
  • Environnement, énergie et eau (autosuffisance énergétique, absence de pollution au CO2, eau pure pour les habitants…)
  • Décoration intérieure (architecture harmonieuse et intégrée, conforme au bien-être des occupants, lieu agréable à vivre…)
  • Site de construction (site qui respecte le milieu naturel, s’intègre bien dans son environnement tant naturel que social…)

Les applications concrètes de la baubiologie

Ces grands axes de l’étude baubiologique trouvent des applications tangibles dans la construction de votre habitation.

Ainsi, l’utilisation de matériaux de construction naturels et non altérés est tout à fait possible pour la réalisation de votre habitation, grâce par exemple à la pierre, la paille, le bois, le chanvre…

Concernant la protection de l’environnement et la minimisation de l’énergie consommée, il existe bien sûr beaucoup d’énergies renouvelables et naturelles utilisables, comme les panneaux photovoltaïques, les chauffe-eau solaires, l’énergie hydraulique, celle issue des éoliennes…

La gestion de l’eau et des déchets peut également être optimisée de manière à satisfaire les principes de la baubiologie. Vous pouvez envisager l’installation de divers systèmes de traitement des déchets comme le compostage, les toilettes sèches ou la phytoépuration, ou encore recycler les eaux de pluie, avec par exemple des cuves dédiées.

Enfin, un effort tout particulier peut être fait sur l’isolation, par exemple en utilisant du triple vitrage, ou encore de la ouate de cellulose en guise d’isolant, fabriquée à 85 % à partir de journaux recyclés.

Anticipez l’avenir

Vous en savez désormais plus sur l’éco-construction et la baubiologie, un domaine de recherche très proche du concept d’écoconstruction, et qui va encore plus loin en proposant une approche globale de l’habitation humaine. Ses grandes règles et principes de base peuvent trouver une concrétisation dans la réalisation de votre future habitation.

Grâce à la baubiologie, profitez d’une maison fortement écologique, mais aussi économique, respectueuse à la fois de votre bien-être et de celui des autres. Et ce en totale conformité avec les futures normes de construction les plus strictes, à paraître probablement en 2020.

0 Comments
Share

Admin

Reply your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked*