Comment isoler un mur par l’intérieur ?

Isoler un mur : les méthodes de l'isolation par l'intérieur

L’isolation des murs d’une maison est ce qui permet d’acquérir un confort thermique sur le long terme. Cela permet aussi de faire d’énormes économies d’énergie, il faut donc le faire correctement. Dans cet article, on s’est penché sur l’isolation des murs par l’intérieur, et le problème majeur qu’elle pose en ce qui concerne la surface consommée par l’opération. On vous dit comment isoler vos murs, sans pour autant sacrifier l’espace et perdre de la place dans votre maison.

Les méthodes pour isoler les murs par l’intérieurmaison-isolation

Tout d’abord, il faut savoir que l’isolation des murs  par l’intérieur n’est, elle-même, qu’une méthode d’isolation possible parmi d’autres. Et elle se décompose en trois techniques, avec chacune ses avantages et les matériaux qui lui sont propres :

  • application des isolants directement sur les murs ;
  • application de l’isolant entre le lattage des murs ;
  • positionnement d’une contre-cloison sur les murs.

Pour la première technique, il faut absolument que le mur que vous voulez traiter soit lisse et sans défauts. C’est la technique la plus simple, il faut coller directement les isolants sur les murs. Ces derniers prennent la forme de panneaux rigides où sont projetés des produits isolants. La deuxième technique, elle, implique l’injection de l’isolation entre le lattage des murs, ce qui est excellent pour améliorer l’aspérité de la surface. Enfin, la troisième technique, grâce à sa contre-cloison, permet d’avoir une meilleure isolation thermique et phonique et surtout, son rendu est plus intéressant en termes d’économies d’énergie.

Ces techniques varient, non seulement, par leur méthodologie, mais également par leur performance. Chacune utilise une épaisseur d’isolant spécifique, ce qui fait varier les effets de l’isolation réalisée. Il vaut mieux donc bien s’informer chez le professionnel qui va s’en occuper.

Attention, si on utilise un isolant perméable à la vapeur comme la laine minérale, l’isolant doit être précédé, du côté intérieur, par un pare-vapeur pour éviter le risque de condensation à l’intérieur de l’isolant et du mur. Si on utilise un isolant pas perméable à la vapeur, il n’y a pas besoin de pare-vapeur mais il ne faut pas que de l’air intérieur circule entre l’isolant et la maçonnerie ! De plus, si ce type d’isolant est mis en œuvre entre le lattage des murs, il faut poser un pare-vapeur.

Comment faire pour préserver la surface lors de l’isolation par l’intérieur ?travaux-isolation

L’intérêt de  l’isolation  par l’intérieur est que la façade n’est pas touchée, ce qui signifie, surtout dans le cas d’une colocation en maison, que vous n’avez pas besoin d’autorisation pour le faire. Cependant, son inconvénient principal est qu’elle réduit la place que vous avez. Heureusement, il existe certaines techniques pour essayer d’éviter que trop d’espace dans la maison ne soit consommé.

Tout d’abord, il faut privilégier un isolant avec une conductivité thermique importante, car ainsi, vous n’aurez pas à utiliser une densité importante du matériau pour compenser son manque de performance. Ensuite, vous pouvez aussi penser à des isolants sous-vide, appelés panneaux isolants sous vide (PIV). Ces derniers ne sont épais que de 3 cm, avec une conductivité thermique impressionnante, ce qui permet d’avoir un isolant à la fois mince et efficace, et donc moins de surface prise.

Une autre solution est d’utiliser des panneaux minces sous forme de feuilles réfléchissantes. Ces panneaux sont très efficaces, surtout pour garantir l’étanchéité. Et de plus, ils sont beaucoup plus minces, comme leur nom l’indique, comparés aux autres isolants. Enfin, choisissez la bonne technique d’isolation. Si votre but premier est de conserver votre surface, il vaut mieux, soit utiliser l’application des panneaux rigides ou semi-rigides qui est la plus efficace, ou bien la projection des isolants qui a des performances moins importantes, mais qui a l’avantage de masquer les défauts du mur.

Comment choisir le bon isolant ?isolation-mur

Il existe un grand nombre de matériaux disponibles pour pouvoir isoler un mur d’intérieur, chacun ayant ses caractéristiques et avantages. Ce qui importe dans votre choix, c’est surtout la performance en termes de conductivité thermique, phonique et bien sûr l’épaisseur.

Par exemple, la laine de verre a l’avantage de pouvoir s’adapter à n’importe quelle surface, des murs au plafond. Cependant, la laine de verre n’est pas l’isolant le plus discret. En effet, il faut une bonne épaisseur avant de pouvoir atteindre une résistance thermique correcte, presque 12 cm, ce qui signifie que beaucoup d’espace sera consommé lors de l’opération d’isolation. Ensuite, il y a aussi le polyuréthane , qui a un pouvoir isolant plus intéressant. Résistant à l’humidité, à l’eau et non-compressible, il a aussi l’avantage de ne pas nécessiter autant d’épaisseur que la laine pour être efficace.

Au niveau des isolations plus naturels, on retrouve la laine de chanvre. La laine de chanvre est un des meilleurs isolants bio et se présente en panneaux, en rouleaux ou en vrac. Cette laine convient à l’isolation thermique et parfois phonique. Son prix oscille entre 10 et 20 € le m². Enfin, il y a la fibre, ou laine, de bois. La laine de bois est un matériau qui est complétement naturel, puisqu’elle est conçue à base de chutes de bois. Malheureusement, elle n’est pas aussi performante que les autres isolants, sauf en été, où elle offre un confort thermique contre la chaleur très agréable. Son prix varie entre 15 et 25 € le m².

Le choix de l’isolant n’est pas à négliger, c’est même la partie la plus importante et qui va déterminer, et la performance de l’isolation et la surface qui pourra être conservée dans la maison.

En conclusion, l’isolation d’un mur par l’intérieur peut se faire de nombreuses façons, mais il y a un travail de préparation et de planification qu’il faut bien réussir, afin d’avoir le résultat escompté.

You might also like

Comments are closed.