Salle de bain

Comment choisir la robinetterie de vos sanitaires ?

choisir-robinetterie

La robinetterie est un choix important à faire pour votre salle d’eau. Vous devez choisir en fonction de votre confort, la fiabilité et aussi le prix. Il en existe une multitude, avec des mécanismes et des options différentes, et bien entendu une pléthore de designs.

Quels sont les critères qui décident de l’achat d’un robinet en particulier ? En voici quelques-uns.

1. Des critères de qualité indispensables

Il est d’abord très important de choisir un robinet avec la Norme Française (NF), et couvert par une garantie. Ces dernières vont de 2 ans à 10 ans. En dehors de cela, voici quelques critères techniques pour guider votre choix :

La qualité du mitigeur, mélangeur ou robinet

Faire de économies de bout de chandelle n’est pas une option. Un robinet qui fuit, ce sont des dizaines d’euros dépensés pour rien chaque année. Si les joints, le mécanisme et les flexibles sont fiables, vous limitez considérablement le risque de fuite dans le futur ! Voici des moyennes données à titre indicatif. Vous constatez que l’on dépasse facilement le prix d’un robinet de marque.

cout-fuite-eau
Source : https://customers.vivaqua.be

L’esthétique de votre robinetterie

Mitigeur résolument moderne ou modèle plus classique, les fabricants de robinet innovent tant du point de vue des technologies des robinets que de l’esthétisme. Il est important d’accorder votre robinetterie avec le style de votre salle de bain ou salle de douche. C’est surtout avec le tub ou receveur de douche, la baignoire ou le lavabo que vous devez accorder votre robinet.

Autres critères de choix de la robinetterie

  • La disponibilité des pièces : Si un jour vous avez besoin de réparer votre robinet, ce critère vous semblera bien utile. C’est principalement vrai pour les régions où l’eau est très calcaire, ce qui vous contraint à réparer votre robinet plus souvent.
  • Un revêtement solide : le chrome de votre robinetterie doit tenir le coup même après plusieurs années
  • Des pièces moulées avec précision : cela évitera des dépôts qui risquent de boucher votre robinet, et assurera une meilleure étanchéité.
  • L’absence de matériaux nocifs, comme les métaux lourds (comme le plomb par exemple).
  • La qualité de la sonde, pour les mitigeurs thermostatiques : si la sonde se dégrade, la température pourra être inadéquate. Risques de brûlures ou de douches froides garanti !

2. L’utilisation des robinets, mélangeurs ou mitigeurs

On n’aura pas le même type de robinet pour la douche, la baignoire et le lavabo.

Le robinet de lavabo

robinet-lavaboLe robinet doit être compatible avec le lavabo en termes d’ergonomie et de hauteur. En effet, s’il est réglé trop haut ou trop bas, son utilisation sera moins aisée. Néanmoins, rien ne vous empêche de choisir un robinet à bec haut ou bas, selon le design recherché ! Sachez qu’en ce moment les robinets à bec haut ont la côte et facilitent le passage des mains. Ceux à bec bas sont toutefois discrets et prennent moins de place.

De plus en plus, les robinets lavabo sont fixés, non pas au lavabo mais au plan de travail en composé de bois ou de granit. C’est souvent le cas pour les vasques posées comme le montre l’image ci-contre. Il faut alors un mitigeur car le mélangeur, à moins d’opter pour un modèle très spécial, ne fonctionnera pas. Le mitigeur doit être suffisamment haut pour que l’eau puisse s’écouler dans le lavabo tout en laissant le passage aux mains.

La profondeur du bec (la partie d’où sort l’eau) doit coïncider avec l’évacuation.

Le robinet de baignoire

robinetterie-salle-bainCe robinet possède une particularité : il dispose d’un inverseur. C’est la manette ou le bouton qui sert à choisir si l’eau passera par la douchette ou le bec du robinet.

On utilise le bec pour remplir la baignoire rapidement (dans le cas d’un bain) et la douchette pour sa douche.

Plusieurs modes de fixation existent :

  • Fixation murale, deux trous pour être fixé sur le mur.
  • La fixation sur la baignoire si votre modèle de baignoire le prévoit.
  • La fixation au sol, comme illustrée sur la photo, est un peu comme le principe de la fixation du robinet de lavabo. Il vous faut une robinetterie conçue pour.

Si vous souhaitez l’installer directement sur la baignoire, il vous faudra installer une colonnette : c’est un tuyau coudé à 90 °.

Le mitigeur de douche

mitigeur-doucheIl sert  à alimenter la douchette en eau via un tuyau appelé le flexible de douche. Il se fixe au mur où à la paroi, et demande également deux trous. Le robinet de douche permet exclusivement le raccord d’une douchette via un flexible de douche.

Vous avez aussi les colonnes de douches où le mécanisme de robinetterie, souvent un mitigeur thermostatique est intégré dans une colonne. Ce type de colonne offre la possibilité d’avoir différents types de jets :

  • la douchette
  • la pluie
  • les jets latéraux

3. Le type de robinet

Le type va dépendre de l’endroit où vous allez devoir poser votre robinetterie. S’il doit être déposé directement sur la baignoire ou le lavabo, ces derniers doivent être déjà pré-percés. Vous pouvez aussi les fixer sur le mur de la douche, ou sur le plan vasque ! Cela nécessitera une autre fixation. Pour les lavabos, il faut généralement un trou, mais pour les baignoires et douches il vous en faudra deux.

Le robinet mélangeur

Le plus classique de tous, le mélangeur se différencie par ses deux poignées dédiées à l’eau chaude et l’eau froide. Pour obtenir la bonne température, vous mélangez les deux arrivées d’eau : vous réglez le débit d’eau froide et le débit d’eau chaude et ce à chaque utilisation. La poignée d’eau froide est reconnaissable par la pastille bleue et la poignée d’eau chaude par la pastille rouge.

Il est peu précis et peu écologique, car il nécessite beaucoup d’eau lorsqu’on veut le régler à une température précise.

Le mitigeur

Le mitigeur compte une seule manette que l’on actionne de gauche à droite pour régler la température et de bas en haut pour obtenir le bon débit d’eau. Le mitigeur de salle de bains est plus pratique car nécessitant qu’une main et il est davantage économique du fait de l’effet mémoire du choix de température.

Le mitigeur thermostatique

Il offre une précision optimale en ce qui concerne la température de l’eau. Ils ont deux poignées différentes, une pour le débit et une pour la chaleur. Il offre une sécurité contre les risques de brûlures car la poignée se bloque au-delà de 38°. Il vous faudra presser contre un bouton si vous voulez de l’eau très chaude. Petit plus : il coupe automatiquement l’eau si un problème est détecté au niveau de l’arrivée d’eau froide. Il est déconseillé si vous possédez un chauffe-eau instantané. Il n’existe aucun souci en ce qui concerne les cumulus. Ces robinets ne peuvent être placés qu’au niveau d’une douche ou d’une baignoire.

3. Quelques options en plus

Les robinets à faible débit ou limiteurs de débit

Il existe deux types de limiteurs de débit :

  • le mitigeur à limitation : lors de l’ouverture de la manette, on a la sensation d’un point dur, qui donne l’impression que la manette est ouverte à fond alors que non. Il faut alors dépasser ce point dur pour augmenter le débit.
  • le mitigeur avec limiteur de débit incorporé : il possède un bouton “eco” sur lequel il faut appuyer lorsqu’on veut augmenter le début. Lorsque vous refermez le robinet, il se remet automatiquement en mode “économie d’eau”.

Ces limiteurs de débit permettent de réaliser des économies, en évitant de gaspiller de l’eau. Ils sont également écologiques !

Les robinets à tirette

C’est le mécanisme qui permet de boucher votre lavabo en tirant sur une tige située derrière le robinet. Il suffit d’appuyer sur cette même tige pour ouvrir l’évacuation. C’est une option vraiment très pratique.

Les robinets à cascade

Une petite option design très sympathique : les becs de ces robinets est élargi et ouvert, donnant ainsi un effet cascade remarquable. Superbe pour un lavabo ou une baignoire.

Le système infrarouge

Certains robinets possèdent un capteur infrarouge qui détecte les mains des utilisateurs, et déclenche automatiquement l’ouverture de l’eau.

Le système anti-brûlures

C’est un système que l’on retrouve automatiquement sur les mitigeurs thermostatiques. Une bague permet le blocage de la température de l’eau (généralement à 38°).

Système anti-brûlure ; limitation de l’ouverture d’eau chaude grâce à une bague.

Le rôle d’un mousseur

C’est une pièce que l’on visse sur le bout du bec. Ce petit tamis sert à aérer l’eau et à éviter les projections indésirables. Il filtre le flux et permet d’économiser.

4. Mécanique du robinet

Il existe deux mécanismes principaux dans les robinets.

La tête à clapet

Elle fonctionne en compressant un joint en caoutchouc sur l’arrivée d’eau. C’est un système assez instable en ce qui concerne la température de l’eau. Le joint se dilate selon la température et crée un débit qui a facilement tendance à varier. On les retrouve généralement sur les mélangeurs d’entrée de gamme.

Ce type de mécanisme demande un certain entretien : les joints doivent être remplacés régulièrement, car il subit des pressions, perd sa souplesse et finit par ne plus être étanche. Le calcaire peut aussi encrasser tout le robinet, y compris la tête.

Les cartouches céramiques

Rencontrée sur les mitigeurs et les mélangeurs de qualité, la cartouche en céramique subit beaucoup moins d’usure. Néanmoins, lorsqu’elle arrive en fin de vie, elle doit être totalement remplacée. Il n’est pas conseillé, si vous avez un réseau sanitaire plutôt ancien, de prendre ce système. Il est très sensible aux impuretés !

C’est le mécanisme le plus moderne : certains possèdent un limiteur de débit incorporé, d’autres limitent l’utilisation de l’eau chaude en passant automatiquement en eau froide entre chaque utilisation, et d’autres encore ont un mousseur incorporé.

Même si le mécanisme est plus récent que les têtes à clapet, méfiance ! Une cartouche de qualité est à privilégier : plus résistante, plus souple lors du lever de la manette, précise dans le réglage de la température, bruit moindre et résistance au calcaire accrue. Ne vous contentez pas du premier prix, que vous risquez de devoir remplacer rapidement.

5. Gammes de robinets

A l’ère d’Internet, il est tout à fait possible de commander des robinets haut de gamme sans trop se ruiner. Mais est-ce que payer plus cher vaut le coup ? Quels seraient les avantages ?

La réponse en un mot : la qualité. En effet, la qualité du produit fini, la garantie, le service après-vente et la disponibilité des pièces (au cas où) sont beaucoup plus avantageux que pour les robinets premiers prix.

Ils possèdent souvent des options telles que l’économie d’eau, la limitation de la température, des options électroniques… Et le design n’a rien à voir.

Par exemple, Hansgrohe propose l’option ComfortZone. Cela consiste à avoir beaucoup plus d’espace disponible entre le bec et le lavabo. Vous pouvez personnaliser votre robinet en choisissant sa hauteur et la longueur de son bec.

On trouve tous les prix, mais il est clair que le haut de gamme se justifie, tant au point de vue des matériaux utilisés que les finitions. Cela influe directement sur sa durée de vie, son confort d’utilisation et sa garantie.

Conclusion

En choisissant avec soin votre robinet et sa qualité, vous pourrez profiter de votre salle de bain en toute tranquillité, pendant longtemps !

 

 

 

 

 

 

0 Comments
Share

Reply your comment

Your email address will not be published. Required fields are marked*