L’isolation des murs extérieurs d’un maison

Par tradition dans notre pays, les murs extérieurs de l’habitation sont construits avec un creux. Le but est de protéger la paroi intérieure de la pluie et donc de l’humidité. On réalise un mur porteur et puis un creux, en principe ventilé, de 50 à 70 mm. On termine avec un mur de briques de parement ou de blocs en béton.

Remarquons que l’on utilise aussi des blocs en béton cellulaire. Dans ce cas il n’y a pas de creux, l’isolation thermique se faisant en principe par l’extérieur avec un crépi de finition.

Il existe essentiellement trois façons d’isoler un mur extérieur ou une façade :

  1. Isolation de l’intérieur de la façade (revêtement mural).
  2. Bardage ou revêtement sur l’extérieur de la façade.
  3. Isolation de l’intérieur du mur creux en comblant le vide d’air.

Isoler un mur par l’intérieur

C’est loin d’être la solution idéale. On la réserve souvent pour isoler u mur en cas de rénovation. Pour une nouvelle construction, des solution plus performantes existent (voir plus loin : « isolation par l’extérieur »).

L’isolation par l’intérieur impose le choix d’un isolant adapté et éventuellement d’un pare-vapeur entre celui-ci et la finition intérieur (plâtre par exemple). Dans vos critères de choix, n’oubliez pas non plus de tenir compte des qualités du matériau à la sensibilité à l’eau résistance au feu. Dans une salle de bains, un matériau trop perméable peut se transformer en éponge.

S’il n’y a pas d’autres options que d’isoler par l’intérieur, la standard pour isoler des murs par l’intérieur consiste à utiliser des panneaux en :

  • Laine de verre ou de roche
  • Polystyrène extrudé
  • Polyuréthane
  • Verre cellulaire (ce matériau étant imperméable à la vapeur d’eau le pare-vapeur est évidemment superflu.)
  • En fibre de bois recouverts d’un enduit frein-vapeur armé, lui-même revêtu d’une mince couche de plâtre naturel.

Des solutions « 2 en l » (isolation + finition en plâtre) existent aussi et offrent un gain appréciable de temps lors de la mise en œuvre. Le confort est moindre quand on isole de l’intérieur, parce que la chaleur apportée par les baies n’est plus absorbée par les murs. Il y a aussi une perte de place dans les locaux. L’isolation intérieure accentue les écarts de température du mur, d’où des fissurations possibles.

Isoler un mur creux

Comme indiqué auparavant, pour isoler un mur creux, l’idéal est de l’isoler partiellement afin de laisser un vide qui permet une ventilation et donc une évacuation de l’humidité. On veillera à utiliser un matériau résistant à l’humidité car le creux du mur est un endroit où le taux d’humidité relative est souvent très élevé.

Les trois solutions d’isolation dans le creux dans le cas d’une nouvelle construction :

  • Panneau rigide (en polystyrène extrudé, polyuréthane ou verre cellulaire),
  • Ou semi-rigide (laine de verre ou de roche).
  • En fibre de bois recouverts d’un enduit frein-vapeur armé, lui-même revêtu d’une mince couche de plâtre naturel

En cas de rénovation, un remplissage complet du creux est la seule solution. On pratiquera alors le remplissage complet par injection ou insufflation. Il est préférable que ces travaux soient réalisés par des spécialistes.

Postisolation des murs creux par remplissage de la coulisse

(source – CSTC)

La post-isolation des murs creux non isolés rencontre un succès croissant en raison des exigences thermiques toujours plus sévères imposées au bâti existant. La technique consiste à insérer un matériau isolant dans la coulisse (creux du mur 50 mm min.) par des orifices préalablement forés soit dans la maçonnerie de parement, soit dans la paroi intérieure du mur. Cette solution pratique offre l’avantage d’améliorer les performances thermiques des constructions existantes, tout en limitant les nuisances pour les occupants.

La postisolation d’un mur creux non isolé (également d’application pour les constructions neuves) est susceptible de réduire le coefficient de transmission thermique de la façade d’origine (valeur U), selon sa composition et la résistance thermique de l’isolant, d’un facteur 2 à 3.

Isoler un mur par l’extérieur

Grâce à un revêtement de la façade extérieure, la rénovation sera effectuée sur le mur extérieur de la maison. Le principal avantage de cette option est que tous les points du mur par lesquels la chaleur s’échappe du logement sont fermés ; la sensation de « mur froid » disparaît ; et l’apparition d’humidité et de moisissures dues à la condensation de surface est évitée.

Il existe deux types de systèmes de bardage extérieur :

  1. Système de bardage SATE (Système d’Isolation Thermique par l’Extérieur) : Il consiste à appliquer un revêtement de mortier isolant et de mortier minéral sur la façade extérieure. Le résultat offre un confort thermique à l’intérieur de la maison et une finition étanche à l’extérieur. Le principal avantage de ce système est que la structure du bâtiment est protégée contre les agents agressifs de l’air et de la pluie, et nécessite peu d’entretien.
  2. Système de revêtement de façade ventilée : Pour isoler un mur avec des façades ventilées, il faut fixer au mur une couche d’isolation avec une structure métallique. Cette structure métallique supporte à son tour une feuille (de revêtement céramique ou métallique) séparée de l’isolation par une chambre à air. Cette méthode, en plus d’être très efficace pour éliminer tous les ponts thermiques qui peuvent être présents dans le mur, constitue généralement une amélioration esthétique considérable.

Pourquoi l’isolation des murs extérieurs est-elle importante ?

L’isolation des façades et pignons extérieurs de la maison est un élément fondamental pour atteindre le bon niveau de confort dans une maison. En isolant un mur, nous obtiendrons :

  • Améliorer l’isolation thermique de l’intérieur de la maison, en empêchant la chaleur excessive de l’extérieur en été. Cela signifie une utilisation excessive de la climatisation.
  • Évitez les pertes de chaleur de la maison et maintenez une température constante en hiver. En conséquence, une économie importante sur les coûts de chauffage.
  • Une augmentation de l’insonorisation. Un niveau d’isolation acoustique plus élevé signifie une maison plus silencieuse et plus paisible. En bref, une meilleure maison dans laquelle se reposer.

Bien que l’isolation d’un mur implique généralement une dépense financière importante, il est conseillé de la considérer comme un investissement. De nos jours, l’efficacité énergétique est l’un des facteurs qui a le plus d’impact sur le prix d’une maison. Une maison dont les murs, les portes et les fenêtres, dont les matériaux sont bien isolés, aura un meilleur score en matière d’efficacité énergétique et cela augmentera la valeur de la maison sur le marché immobilier.

Les baies doivent aussi être isolantes

Les murs sont essentiels pour obtenir un bon niveau d’isolation acoustique et thermique. Toutefois, une attention particulière doit être accordée aux fenêtres et aux portes. En effet, on estime que 13 %, dans les habitations unifamiliales, et plus de 40 %, dans les habitations en bloc, des pertes de chaleur dans une habitation se produisent par les fenêtres et les portes.

You might also like

Comments are closed.